C’est un fait, les hommes sont encore trop peu nombreux à travailler dans le champ de l’enfance. Parmi les professionnel-le-s qui entreprennent une formation dans ce secteur en Suisse romande, environ 6% sont des hommes. Par la suite, lorsque l‘on essaie de les retrouver dans le secteur professionnel de l‘accueil collectif de jour, ils ne sont plus que 4% à travailler dans les équipes. Nous devons ouvrir les métiers de l’enfance aux hommes et repenser la distribution femmes/hommes de ces professions encore trop essentiellement féminines. Cela reste un enjeu de taille pour construire une société qui prenne en compte un partage plus équitable de l’éducation des filles et des garçons.